Les Produits bio mises en danger par le coronavirus

Dans le dernier article mise à jour cette semaine, nous alanysons les États-Unis, où d’un coté les producteurs de l’Arizona s’inquiètent pour leur avenir, ce qui entrainerait une pénurie locale en fruits et légumes . De l’autre coté le Wisconsin, pourrait se retrouver en excédent de pommes de terre et de canneberges. Les représentants de l’État de Floride cherchent des moyens pour relancer le commerce. Plus globalement, les aliments bio on vue une augmentation des ventes en raison de la situation actuelle.

Sur une note plus légère, le directeur de West Ham United, David Moyes, a été vu en train de livrer des fruits et légumes aux familles de sa communauté locale.

Alors que les producteurs de légumes locaux népalais recherchent un marché pendant la période de fermeture, les légumes sont toujours importés d’Inde, où – dans l’Uttar Pradesh – les prix de détail des pommes de terre ont grimpé de 20 à 30% cette semaine.

Les producteurs de l’Arizona s’inquiètent.
Mars est généralement le mois le plus chargé de Kate McClendon. Mais cela a changé avec la pandémie de coronavirus. Sa ferme familiale, McClendon’s Select, à Peoria, en Arizona, fournit des fruits et légumes biologiques à environ 90 restaurants, qui reçoivent normalement un flot de clients avec le temps printanier.

Maintenant, ces entreprises ont fermé leurs portes alors que les autorités nationales et locales tentent de freiner la propagation du virus. Pour McClendon, les fermetures ont été dévastatrices. “En gros, 95% de nos activités de restauration ont disparu du jour au lendemain”, a-t-elle déclaré.

“Il y aura des entreprises, dont moi-même, qui ne pourront peut-être pas survivre”, a ajouté McClendon. “Si ces petites exploitations restent en difficultés, cela coûtera trop cher pour les redémarrer.”

Les agriculteurs se précipitent pour s’adapter à la nouvelle donne, et le gouvernement s’efforce d’aider.

Les produits bio bénéficient pourtant d’un coup de pouce de la pandemie de Coronavirus.
La pandémie de coronavirus entraîne une augmentation de la demande d’aliments biologiques et durables. Les détaillants du monde entier connaissent une forte augmentation des ventes de produits biologiques. Les détaillants en ligne enregistrent la plus forte croissance des ventes.

Whole Foods Market, le plus grand détaillant mondial d’aliments naturels, a commencé à limiter le nombre de ses clients d’épicerie en ligne en raison d’une demande sans précédent. Au Royaume-Uni, Abel & Cole a signalé une augmentation de 25% des commandes, tandis que Riverford fait état d’une augmentation de la demande. Nourish Organic, un détaillant indien en ligne, a enregistré une hausse de 30% de ses ventes le mois dernier.

Les détaillants physiques bénéficient également des mesures d’urgence mises en place par divers gouvernements. Les magasins de produits biologiques et diététiques sont restés ouverts dans de nombreux pays; ils attirent de nouveaux acheteurs, tandis que les clients existants dépensent plus. En France, certains magasins d’aliments biologiques font état d’une augmentation des ventes de plus de 40%. Le COVID-19 à sensibilisé les consommateurs sur la relation entre nutrition et santé. Les consommateurs achètent plus d’aliments biologiques et sains alors qu’ils cherchent à renforcer leur immunité personnelle.

L’augmentation de la demande entraîne cependant des problèmes d’offre. L’industrie des aliments biologiques est désormais mondiale avec des réseaux d’approvisionnement internationaux qui subissent des pressions. De nombreuses matières premières utilisées par les entreprises européennes et nord-américaines d’aliments biologiques sont produites en Asie, en Amérique latine et en Afrique. Les blocages perturbent les chaînes d’approvisionnement. Par exemple, l’Inde est une source majeure de thé biologique, d’herbes, d’épices et d’ingrédients connexes. Les mesures d’urgence introduites en mars ont stoppé la transformation et les exportations alimentaires.

États-Unis: le Wisconsin pourrait voir une offre excédentaire de pommes de terre et de canneberges
En raison de COVID-19, les restaurants et les écoles ont été fermés, ce qui nuit aux agriculteurs de l’État de Badger. Mais, il existe des moyens d’aider. “L’un des avantages des agriculteurs par rapport aux autres industries est qu’une grande partie du travail qu’ils effectuent est déjà isolée”, a déclaré Heather Schessler, agente laitière pour l’extension UW du comté de Marathon.

Cependant, le coronavirus pose des défis car 60% des pommes de terre sont transformées pour l’industrie de la restauration. Schessler a déclaré: “Malheureusement, avec les pommes de terre, leur durée de conservation est limitée. Mais la bonne nouvelle à propos des pommes de terre c’est que vous pouvez également les transformer en produit congelé, et cela aide à prolonger cette durée de conservation.”

À l’heure actuelle, les restaurants et les écoles ne sont pas en mesure d’utiliser la récolte de l’an dernier, ce qui finira par créer des problèmes de stockage.

“Le gros problème que nous allons devoir affronter, c’est que nous avons une capacité de stockage limitée, alors que nous seront obliger peut-être de rendre les espaces de stockage plus souple”, a déclaré Schessler.

Write Your Review

Your email address will not be published. Required fields are marked *

CART

X